La Maison Mieux-Être, Charleroi

Cette maison d'accompagnement a ouvert ses portes en 2016.

Dans cette maison, nous avons interviewé :

Coordinées:

www.maisonmieuxetre.be
mme@ghdc.be
67 Grand'rue, 6000 Charleroi
071 42 11 34
Coordinateur: Annie Michaux

Visiteur Francis: "Ici, j'ai retrouvé un minimum de structure."

“Grâce à cette maison, j'ai découvert une toute nouvelle vie"

Visiteuse Linda - A découvert la sophrologie à La Maison Mieux-Être

Christine, visiteuse de La Maison Mieux-Être, s'est inscrite aux séances de sophrologie d'Annie. Et sa vie en a été changée.

Christine : "Comme manager dans une multinationale sud-africaine, j'étais surtout préoccupée par la productivité. Je devais pousser les gens à obtenir les meilleurs résultats possibles. Le côté humain n’avait aucune importance. Je ne m’en souciais même pas. C’était comme ça. Je continuais obstinément sur ma lancée. Et j’ai fini par aller droit dans le mur.

Christine (gauche) et Annie. "En sophrologie, nous nous demandons comment traverser les moment difficiles de la meilleure façon possible."

DES ATTITUDES POSITIVES

"Pendant mon traitement contre le cancer, j'ai aperçu des affiches de La Maison Mieux-Être. Une phrase m’a frappée : mieux vivre et traverser le cancer. Une phrase qui a résonné en moi.

"L'atmosphère de cette maison m'a immédiatement séduite. Ça m’a fait du bien de découvrir un nouvel endroit, loin de ce monde extérieur où ma maladie causait tant d’inquiétudes. C'est ça aussi, la sophrologie : mettre de côté les éléments qui vous dérangent pour les remplacer par des choses positives.

Annie : "En sophrologie, par des techniques de relaxation et d’activation du corps et de l’esprit, nous apprenons le

"En sophrologie, nous apprenons le renforcement des attitudes positives."

renforcement des attitudes positives. Grâce à ces techniques, nous pouvons détecter les tensions, les relâcher et prendre conscience des sensations agréables de vitalité et d’énergie positive dans notre corps.

"Si vous vous blessez au doigt, cette blessure va retenir toute votre attention. Aussi longtemps que vous vous concentrerez sur elle, vous ne ressentirez que la douleur. Mais rien ne vous empêche de déplacer votre attention. Parce qu’à l’échelle de votre corps, cette douleur est plutôt négligeable.

 

FOCALISER SUR CE QUI EST BEAU

Le cancer est évidemment d'un tout autre ordre, mais là aussi vous pouvez vous libérer de l’emprise de la maladie en vous intéressant à ce qui va bien ou qui est beau. Par exemple : aujourd'hui, vous avez rendez-vous pour votre chimio, mais demain, vos enfants viennent vous rendre visite. Si vous vous focalisez sur cette visite, vous pouvez évoquer cette chaleur familiale à l'avance, ce qui vous permettra d’aborder la chimiothérapie de manière plus détendue. En sophrologie, nous ne perdons pas le contact avec la réalité, nous ne voyons pas tout en rose. Mais nous nous demandons comment traverser les moments difficiles de la meilleure façon possible."

"Grâce à la sophrologie, j'arrive maintenant à échapper à la négativité."

Christine: "Avant, je ressassais contamment mes craintes."

REPRENDRE LE CONTRÔLE

Christine: “Avant, je ressassais constamment mes craintes. Grâce à la sophrologie, j'arrive maintenant à échapper à la négativité. Ensuite, il me suffit de repenser à mon petit-fils, lorsque je le serrais dans mes bras l’autre jour, pour que le cancer disparaisse tout à coup. En un pareil moment, je ne nie pas mes angoisses. Je les mets de côté pour me centrer sur ce qui est beau dans ma vie."

Annie : "De cette façon, vous reprenez le contrôle de votre vie. Vous optimisez vos capacités de façon autonome.”

Christine: “Je ne suis pas la maladie. Je peux choisir comment je

vis avec la maladie. Avant, je ne savais pas que je possédais cette capacité."

Annie : (convaincue) "C’est ce que je dis toujours aux gens:  tout ce dont vous avez besoin est déjà en vous. Par cette découverte vous développez une attitude positive envers vous-même.”

Christine : "Chaque fois que j'ai suivi une leçon de sophrologie à La Maison Mieux-Être, un sentiment de paix m'a envahie. C'était comme si mon intérieur avait pris une douche. Je n'avais jamais rien vécu de pareil.

"C'était comme si mon intérieur avait pris une douche."

DE BONNES VIBRATIONS

"Et cela ne m’impacte pas seulement moi, mais aussi mes relations avec mon entourage. Lorsque je suis dans un groupe, je produis désormais de bonnes vibrations. Qui font ressortir la positivité chez les autres aussi. Ce que j'ai appris à m’appliquer à moi-même rayonne apparemment de moi. Et le monde en paraît d’autant plus beau. Parfois, je remercie mon cancer. Mon niveau de bonheur est mille fois plus élevé qu'avant ma maladie.

"Grâce à cette maison, j'ai découvert une toute nouvelle vie. J'avais un bon salaire. Je pouvais m’acheter tout ce que je voulais. Mais ceci, je n'aurais pas pu me l’acheter. Parce que ceci n'appartient pas au monde de l'avoir, mais à celui de l'être. Dans cette maison, on peut être."

"Un clin d’oeil entre deux joueurs, c’est un grand moment de complicité"

Visiteuse Linda - Participe aux ateliers jeux

Une fois par mois, La Maison Mieux-Être propose un après-midi de jeux de société, animé par Pierre. "J’avais envie de faire du bénévolat dans cette maison, raconte-t-il. Mais les massages thérapeutiques ne sont pas ma spécialité. ‘Ce que j’aime,' ai-je dit à la coordinatrice, 'ce sont les jeux de société…’ ‘Exactement ce que nous recherchons’, m’a-t-elle répondu.”

Linda a déjà participé plusieurs fois à cette activité. "Même avant de tomber malade, j’adorais les jeux de société. Mais, dans mon entourage, il n’y a pas grand monde qui aime ça. Quand ma famille ou mes amis s’y prêtent, c'est seulement pour m’être agréables. Ici, par contre, j’ai des partenaires qui trouvent autant de plaisir que moi à jouer!”

Linda (au milieu) et Pierre. "Pendant un tel jeu, il y une forme de communication qui met la maladie … hors jeu!”

SE CONCENTRER SUR LE JEU

Pierre : "À chaque séance, j'apporte des jeux anciens et nouveaux. Je suis de près l’évolution du marché. Les nouveaux jeux misent souvent sur des mécanismes ingénieux qui assurent des interactions passionnantes. Un monde de différence avec le Monopoly, par exemple.

"Normalement il faut d'abord se plonger dans les règles pour se familiariser avec de nouveaux jeux. Et comprendre le déroulement du jeu peut prendre pas mal de temps. Ici, c'est différent. À la maison, je me familiarise avec les nouveaux jeux. Ainsi, pour chaque jeu amené ici, je peux rapidement expliquer comment il se joue.""

Linda : "Il nous suffit de quelques minutes pour commencer à jouer. Ensuite, nous pouvons nous concentrer sur le jeu. Ça me

"Retrouver de tels contacts sociaux est tellement réconfortant."

fait un bien fou."

Pierre : "Pendant les séances, nous connaissons de grands moments de complicité. Parfois, deux joueurs se lancent des défis ou se taquinent tout simplement. Alors je les vois se faire des clins d'œil. Je trouve ça génial. Parce que, pendant quelques instants, cette forme de communication met la maladie… hors jeu!”

Linda : "Retrouver de tels contacts sociaux est tellement réconfortant. (Les larmes aux yeux.) Ça m’émeut profondément et, en même temps, ça me fait chaud au coeur!

Ces après-midi de jeux de société et cette maison dans son ensemble m’apportent un énorme soutien. Même quand nous discutons de notre maladie à la pause. Ce n’est pas du tout la même chose que d’en parler avec des personnes en bonne santé. Elles aussi me demandent comment ça va. Mais je ne leur donne que deux ou trois détails. Si je leur racontais tout ce que j’ai envie de dire, je ne tarderais pas à les ennuyer.

Ici, je rencontre des gens qui vivent la même chose que moi. Ils sont plus attentifs, parce qu’ils sont touchés par une histoire dans laquelle ils se reconnaissent. Et moi aussi, j'écoute très attentivement ce que les autres ont à dire. Même en essayant très fort, les personnes qui ne sont pas malades ne peuvent pas atteindre le même niveau de compréhension."

"À force de fréquenter cette maison, je suis redevenu plus actif chez moi"

Visiteur Francis - Participe aux entre autres les ateliers haïku

Francis: "Quand je suis tombé malade, j'ai perdu mon emploi. Et soudain, j'ai eu le sentiment que tout était fini. J'ai alors essayé de remplir le vide de ma vie. Ici, je me suis trouvé un nouveau but. En m'inscrivant aux activités, j’ai pu remplir à nouveau mon agenda. J'ai retrouvé un minimum de structure et un timing à respecter. C'est beaucoup plus stimulant que de passer toute la journée devant la télé ou au lit.

"Ici, j'ai déjà testé toutes sortes d'activités: la pleine conscience, les ateliers cuisine, les balades, le yoga. La sophrologie m’a été particulièrement utile.

Francis: "Depuis que j'ai participé ici à quelques séances de haïku, j'ai toujours un carnet de notes sur moi."

SAISIR LA BEAUTÉ

J'apprécie également les ateliers cuisine, qui me donnent l’occasion de bavarder avec Joseph. Lui et moi sommes très différents, mais ça ne nous a pas empêchés de devenir amis. Pendant les cours de gym, nous faisons les exercices avec beaucoup de sérieux, mais, dans les intervalles, nous ne ratons aucune occasion de nous amuser. C'est étrange. Avant, personne ne me considérait comme un plaisantin. Ici, je fais rire les gens.

"À force de participer à toutes ces activités, je suis redevenu plus actif chez moi. Je travaille à nouveau dans le jardin, je m'occupe de mes petits-enfants. Après un cancer, il n'est pas facile de se réorienter concrètement, mais, grâce à cette maison

"Grâce à une maison d'accompagnement comme celle-ci, on peut au moins recommencer à faire des choses."

d'accompagnement, on peut au moins recommencer à faire des choses.

Parfois, je me retrouve à composer un haïku à onze heures du soir. Depuis que j'ai participé ici à quelques séances de haïku, j'ai toujours un carnet de notes sur moi. Hier, en me promenant, j'ai vu un cheval au galop. Alors, j’ai compté : che-val-au-ga-lop. Cinq syllabes, parfait. Et puis, j’ai cherché un vers de sept syllabes et un autre de cinq. C'est ainsi que je m’efforce désormais de saisir la beauté et la fugacité de l’instant."